Développement des territoires : la Kabylie, la perversion et le tribalisme

L’ordre économique mondial basé sur la globalisation et l’ouverture démesurée sur le libre échange, incarné par l’OMC ces deux dernières décennies, est de plus en plus remis en cause.
Les nouvelles mutations qui en découlent ont entraîné l’intégration de nouveaux paramètres dans la conception des politiques de développement qui tiennent compte de l’approche territoriale.
Bien d’auteurs et autres spécialistes des questions du développement territorial et des espaces ruraux s’y penchent. Pour ne citer que Bernard Pecqueur, Omar Bessaoud ou Marc Dedeir.
Dès lors, les programmes de développement habituellement planifiés au niveau central et parachutés d’en haut par les différents gouvernements sont successivement remis en cause pour laisser place à des projets, plutôt, conçus en fonction des spécificités géographiques, sociales, économiques et culturelles de chaque territoire.
Avec ces nouvelles règles de jeu, les forces représentatives de la société civile, comme le mouvement associatif, les syndicats ou la classe politique, jouent évidemment un rôle capital, étant une force de proposition et espace de débat chaque fois une nouvelle initiative est en gestation. C’est alors l’ère de la démocratie locale.
En Algérie, les pouvoirs publics autant que la société civile, tentent de se projeter dans cette nouvelle dynamique.
Mais, au-delà de la problématique des ressources à mobiliser, naturelles ou financières, c’est la compétence des acteurs qui fait défaut.

L’ère de l’imposture

Avec son potentiel en ressources naturelles, (hydriques, végétales, paysagères, géographiques, climatiques, etc.), ses spécificités culturelles, le patrimoine artisanal ayant accompagné les mutations historiques de la région et le débat politique qui s’y est incrusté, la région de Kabylie est un terrain idéal pour la mise en œuvre d’une politique de développement tenant compte de l’approche territoriale.
C’est d’ailleurs ce que les pouvoirs publics, au niveau central ou local, tente de faire admettre ces dernières années, depuis au moins l’avènement de la politique de renouveau rural.
Cependant, ayant hérité des stigmates des événements tragiques de 2001 qui n’ont contribué finalement qu’à l’apparition de aarouchya (le tribalisme au sens linguistique du terme), la région est aujourd’hui otage d’une forme de perversion ayant ouvert la voie à des indus qui s’improvisent dans tous les domaines au nom de la légitimité aarouchiste (tribaliste) qu’ils brandissent sans gêne.
On a vu des militants associatifs qui ont transformé leurs associations en boites à but lucratif, des chefs de bandes dans les cités populaires autoproclamés représentants de la société civile. On a vu aussi des amateurs de la communication, de la blogosphère ou de la photo-vidéo qui se font passer pour des journalistes, des avocats qui se font une réputation grâce à leurs accointances avec les meneurs du mouvement aarouch malgré leur compétence qui laisse à désirer. Bref, des professions dont il y a ceux qui les exercent et ceux qui en parlent trop.
La victimisation et la critique tous azimuts (critiquer juste pour critiquer), voire le dénigrement, sont les seules pratiques que ces derniers excellent, tout en ayant une motivation commune qui est la course au gain facile.
On a vu même des tentatives de manipulation lorsqu’un proche de ces courants a des démêlés avec la justice pour des affaires qui relèvent du droit commun.
Les conséquences de ces impostures ne sont pas moins lourdes sur la région : La véritable classe politique et le mouvement associatif étant mis à l’écart, ces nouveaux comportements rendent difficile l’identification des acteurs locaux et les compétences capables de mener des programmes de développement avec une approche territoriale comme le suggèrent les nouveaux paradigmes de l’économie de développement, sans aller dans les dédales de la rapine, la corruption, le banditisme et tant d’autres fléaux qui s’y développent.
La Kabylie mérite mieux.

About these ads

21 Réponses à “Développement des territoires : la Kabylie, la perversion et le tribalisme”

  1. Merci pour ce regard lucide sur les aarouchs..faudra un jour quelqu’un fasse l’histoire de ce mouvement…et le devenir de ces cadres ( partagent de la rente..depuis une fameuse réunion avec Toufik et Ouyahia avec ces dits chefs)……

  2. Tarik SMAILI dit :

    Avant de sombrer dans des analyses infructueuses sur l’état de la Kabylie et de son peuple, il faut poser la donne d’un peuple qui a tout donné pour libérer son pays, et ce depuis de millénaires, pour passer ensuite à celle de néo colonisé.
    Analysez le peuple de GAZA, les raisons de sa décadence, vous comprendrez celles de la Kabylie.

  3. Je pense que le tort des gens qui se réclament Kabyles, c’est qu’ils donnent l’impression au reste de l’Algérie qu’ils sont d’abord Kabyles avant d’être Algériens et, cela, avec tous les fantasmes qui vont avec. Avec, en plus, cette terrible propagande née, véhiculée, nourrie par les Kabyles de France et relayée par tous les nostalgiques de la colonisation et qui fait croire que le pouvoir algérien est honni par la population berbérophone (dite kabyle) car ce dernier est arabe et mène une politique répressive contre Kabybes et en faveur de la population arabophone (dite arabe). Ce qui est, non seulement, totalement faux mais , aussi terriblement dangeureux car cale divise les Algériens et permet au pouvoir de se perpétuer. Et cela, d’autant plus, que les clivages entre Kabyles (régions, tribus, familles) sont extrêmement nombreux et profonds.
    Le pouvoir réel, notamment économique (pratiquement toutes les sociétés nationales en Algérie ont été et sont toujours dirigées par des Kabyles) appartient plutôt aux Kabyles et, à ce titre, portent une très lourde part dans le fiasco économique algérien car ils ont tout le temps pratiqué le népotisme et le régionalisme aux dépens de la compétence et de l’intégrité. J’ai travaillé pendant 25 ans dans une grande entreprise nationale où on s’est apperçu, au vu de l’origine régioanle des nouveaux recrutés que, lors d’entretiens d’embauche des cadres, le recruteur posait des questions en kabyle et celui qui avouait sa maéconnaissance du dialecte, n’avait aucune chance. Pis, je me suis retrouvé dans une entreprise issue de la restructuration dans un conseil d’entreprise où tous les membres, hormis moi, étaient tous nés dans un rayon de 30 Km autour de Kherrata, wilaya de Béjaia. Et ces gens-là, n’avaient aucune compétence réelle ou particulière pour occuper ces responsabilités. Mais il n’y avait rien à faire : le ministre de tutelle, le SG, les directeurs sectoriels, le responsable du fonds de participation étaient tous Kabyles berbérophones.
    Ceci pour dire que le fisco algérien n’est pas l’oeuvre de telle ou telle région ou de telle ou telle origine. Il est de la responsabilité de l’ensemble de la population.
    Quant à la langue ou au dialecte : faire accroire que l’arabisation a été imposée par les Arabes pour punir les Kabyles est complètement faux et malhonnête pour une raison simple : jamais un Algérien n’a jamais parlé ni pratiqué la langue que le pouvoir lui a imposée. On parlait en ALgérie, soit l’arabe dialectal, soit le berbère. L’arabisation a été vévue et est toujours vécue par l’ensemble du peuple algérien comme une punition et une colonisation venue du Moyen-Orient et imposée par un pouvoir traître et illégitime.
    Mais pour parler d’une manière plus rationnelle de la Kabylie (rassurez-vous, je suis originaire de Petite Kabylie, "El Kabayèle El Hadra" la Kabylie développée,selon l’appellation d’Ibn Khaldoun), tout le monde fait semblant d’oublier la question principale. Je veux parler de la surpopulation. En 1965, au lycée, j’ai appris avec surprise pendant les cours de géographie, que la densité de la population en Kabylie était de 300 habitants par km2, soit l’équivalent des Pays-Bas, le pays qui a la plus forte densité en Europe. A cette époque, l’Algérie comptait un moins de 9 millions d’habitants. Aujourd’hui, l’Algérie compte 36 millions d’habitants, ce qui veut dire, que la densité en Kabylie doit être de 1200 habitants par Km2. Pour un région montagneuse, sans ressources sérieuses, sans terres agricoles dignes de ce nom, sous-équipée, sans voies de communication rurales, sans industrie et sans aucune perspective ni économique ni politique, avoir cette densité de population signifie explosion généralisée inévitable. Sachant qu’il n’y a plus rien à faire pour remédier à la situation, le pouvoir algérien joue la montre et fait tout ce qu’il peut pour durer et ramasser le maximum d’argent avant l’explosion finale.

    • @Get’s Non monsieur ou madame Get’s, ce ne sont pas les kabyles qui donnent l’impression aux autres algériens qu’ils sont kabyles avant d’être algériens mais bien le contraire. Ce sont les autres algériens qui se sont figés sur cette idée et n’arrivent jamais à voir les kabyles ou les amazighs en général comme leurs compatriotes. Ce sont les kabyles qui se sont toujours définis comme algériens pendant ques les autres se définissent comme arabes. L’Algérianité a été toujours portée à bout de bras par les kabyles. Mais alors pourquoi un algérien non berberophone a le droit de dire je suis arabe au lieu de dire qu’il est algérien et qu’un kabyle n’a pas le droit de dire je suis kabyle? Ou on est tous algérien ou on ne l’est pas! il ne devrait pas t’y avoir 2 poids 2 mesures.
      Qaund tu parles du pouvoir algérien, oui monsieur il est honni par le peûple kabyle et ce n’est pas une propagonde. Parce que c’est un pouvoir raciste et pratique de l’appartheid culturel et linguistique. Quand à la division des algériens et causée et nourrie par le pouvoir et les algériens eux-même. Cette division ne peut-être stopé que par les autres algériens et le pouvoir en place car sinon cette politique d’appartheid culturel et linguistique imposée aux amazighs d’algérie conduira à l’éclatement pure et simple du pays. Nous assisteron à l’émergence d’un pays kabyle, d’un pays Chaoui, d’un pays Touareg et d’unpays Mozabite. …[Le dernier paragraphe de ce commentaire a été supprimé par respect à nos lecteurs. Merci pour votre compréhension].

      • Merci Arezki pour votre réponse,
        Pour tout vous dire, je suis natif de Jijel, Ijiljili, Ighil-Ighil dans les temps immémoriaux, capitale de la Kabylie des Babors et mère des Kotama, conquérants de la Sicile, de la Tunisie, Libye, Egypte et fondateurs du Caire et appelés aussi FATIMIDES. Avec internet, vous pouvez vous informer sur ces choses-là. Donc, pour être Kabyle, il n’y a aucune contestation possible sauf mauvase foi évidente. Pour vous dire aussi que je ne laisserai jamais mon pays, l’Algérie, 2 382 000 km2, actuellement le plus grand pays d’Afrique (en matière de superficie, bien sûr…) réduit à cette question Kabyles / Arabes que le colonisateur a posée dés la première résistance à sa conquête et qui fait florès grâce à l’action des nostalgiques de la colonisation qui ont su rallier l’émigration algérienne originaire de la kabylie berbérophone. Personne, aucun algérien, n’a parlé d’Algérie avant Messali el Hadj qui ont été suivis par Ben Badis et Ferhat Abbas (kabyle de Jijel) qui s’est vraiment posé la question de ce qu’était la nation algérienne. Ceci pour l’histoire…Pour la suite, qu’est-ce que nous voulons? Un pays uni, qui a un projet, donc un destin, un pays qui veut continuer d’exister même face aux bouleversements qui touchent le monde et, surtout, notre région et notre sphère géographique, ou des considérations tribales, sectaires,régionales qui ne bénéficieront qu’aus dictateurs qui nous gouvernent et aux puissances qui les dirigent?
        Voulez-vous d’une Algérie où la région s’oppose à la région, la wilaya à la wilaya, la ville à la ville, la village au village, la tribu à la tribu, la famille à la famille et les membres de la même famille entre eux, comme cela se pratique encore et toujours et comme vous semblez l’encourager ?
        Je suis désolé, je n’ai jamais cru en cette histoire du tamazight parce qu’il me semble qu’une langue qui n’a pas produit une seule page d’écriture, que cela soit un roman (je vous apprendrais, peut-être que le premier roman de fiction de l’histoire de l’humanité est l’oeuvre d’un Algérien originaire de Madaure, M’Daourouch aujourd’hui, du nom d’Appulée, de Madaure, mais qui n’a pas été écrit en amazigh,) amazign ne s’est jamais écrit dans les 4000 ans de son histoire…Alors, aujourd’hui, vous allez régler :
        - la question démocratique
        - la question régionale
        - la question historique
        - la question identitaire
        - la question linguistique
        - la question des responsabilités de la faillite nationale
        - la question de l’avenir de notre pays
        à des histoires aussi simplistes que celles que vous exposez.

        Finalement, vous, comme moi, sommes passionnés et passionnément amoureux d’un pays qui s’appelle l’Algérie et qu’on aimerait porter au-devant de toutes les nations, le rêve de Massinissa, l’Aguellid de Cirta (Constantine). Pourquoi ne pas nous unir au lieu de nous déchirer.
        Tenez, je vais vous citer, comme ça, de mémoire, un extrait d’une pieèce de Pierre Corneille (pas le chanteur, l’auteur français du 17 ème siècle) qui avait pour titre "Andromaque" : pourquoi nous déchirer par des guerres civiles où la mort du vaincu affaiblit le vainqueur, où le plus beau triomphe est arrosé de pleurs? Nous sommes vos voisins, nos filles sont vos femmes et l’hymen nous a liés par tant et tant de noeux que peu de nos fils ne sont pas vos neveux". Depuis ma quinzième année, j’ai adopté cette maxime et j’essaie de m’y tenir. Le plus difficile, c’est d’avoir des gens capables de comprendre ce dont je suis en train de parler.
        Luttons contre le pouvoir traître, illégitime et corrompu qui est en train de faire disparaître notre beau pays. C’est ça l’essentiel. Le reste, on pourra en discuter, plus calmement et, surtout, plus rationnellement.
        Amicalement

  4. Je suis arrivé sur ce blog d’El Watan par le biais de son site que j’ai découvert suite aux évènements tragiques d’In Aménas. Ce, pour avoir sur le sujet la vision de journalistes Algériens. Même démarche avec les médias américains et surtout les commentaires. Globalement la gestion de la prise d’otages a été bien perçue. Comme beaucoup, j’ai défendu becs et ongles sur réseaux sociaux, presse etc la gestion de l’ANP et je ne le regrette pas.

    Après qiuelques jours sur le site j’ai pu lire des tas d’articles pour mieux comprendre comment se développe l’Algérie. Tout le monde semble d’accord pour dire que le pouvoir est corrompu (rien de nouveau) mais personne ne semble se poser la question du réel pouvoir qu’ils ont pris progressivement sur la population en s’inspirant notamment de la Turquie. Une arabisation et une islamisation du peuple qui les contraint à une perte de liberté puisque toutes les décisions prises sont sous couvert de Dieu. Qui oserait alors s’en prendre à Dieu. Personne. Le pouvoir a tout compris mais ça ne tiendra pas. L’histoire dans toutes les religions monoteistes l’ont compris en payant lourdement par le sang.

    Où sont donc les aspirations de la lutte pour l’indépendance et à quoi les sacrifices ont-ils servi ?

    Je sais que je suis hors sujet je voulais contacter El Watan mais à ma surprise, les "mentions légales", "Qui sommes nous" etc sont disponibles qu’après inscription et comme je ne supporte pas tout ce qui est trop verrouillé je le fais ici. Pourquoi ici tout simplement parce que je suis un Algérien de France mais aussi Kabyle donc forcément j’allais finir aussi par tomber sur des sujets en relation. Je m’attendais donc à voir un sujet détaillé sur la Kabylie et je me rends compte que c’est que de la haine qui est déversée et après plusieurs recherches sur le site, même constat accablant. Pourquoi tant de haine ? En France, les Bretons, les Alsaciens, les Ch’tis, les Basques pour ne citer qu’eux ont réussi l’unité tout en gardant leurs us et coutumes alors pourquoi pas Nous.

    Nos parents, grands parents etc d’où qu’ils viennent ont tous souffert de la colonisation puis de la décolonisation traçant volontairement les territoires à la règle pour affaiblir leurs ennemis et enfin de la guerre qui a mené à l’indépendance. Vous avez en plus vous vécu ce qu’on appelle la décennie noire, Il serait temps de vous émanciper, vous inspirer de ce qui fonctionne le mieux à travers le monde et de vous unir tous intelligemment pour faire tomber ce pouvoir corrompu depuis 50 ans sans pour autant laisser la place à des intégristes encore plus dangereux à l’idéologie venu du Qatar, de l’Arabie Saoudite enfin vous voyez ce que je veux dire… Ce fonctionnement est conçu pour servir le pouvoir et asservir les peuples.

    Je ne veux pas vous donner de leçons mais juste vous donner à réflexion. Soyez le plus indépendant possible en tant que média si vous voulez aussi avoir du poids et de la reconnaissance à l’extérieur des frontières.

    • Parlons de la France, vous oubliez le génocide véndéen non reconnu jusqu’à aujourd’hui….et puis dans notre chère France..on a imposé le Français comme langue au dépendant des folkloriques langues basques, corses, bretton etc….
      En 40 ans d’indépendance, on a obtenu plus de liberté linguistique et culturelle qu’en france..qui n’ont pas voté pour la charte européenne des langues régionales!!!!!
      ps: je suis aussi en france et kabyle…mais je suis lucide

      • le massacre des vendéens a fait 200.000 morts – c’est l’oeuvre de la sacro sainte révolution française – quoiqu’il en soit la langue bretonne est toujours vivante, le basque et le corse également.

        Quant à la charte européenne, au diable l’europe, on ‘ne veut pas – alors c’est à chacun de lutter pour préserver sa langue – avec l’aide des autre régions -

        • la disparition d’une langue est un drame pour notre patrimoine – je viens de lire que l’Araméen, langue parlée au temps de Jesus, étant encore parlé dans un petit village de Syrie, mais sans plus de la même façon – mais malgré tout, cette langue doit être protégée

  5. MEDDIANI dit :

    Effectivement, comme le mentionne un des commentateurs plus, le problème fondamental de la Kabylie est le racisme d’Etat qui l’écrase et la marginilase sur tous les plans.
    Il suffit pour le constater de voir la déformation presque systématique des prénoms , tel que Mohand en Mohamed ou de regarder la pseudo télévision berbère oû l’on reprend d’une main ce qu’on a donné de l’autre.

  6. Asian Peace Prize Foundation dit :

    Rien a faire ,Il faut que les Kabyles se réveillent , La lutte pacifique et diplomatique et le seul moyen , cest pas avec la violence qu on arriveras a les convaincre ces gents ont la haine et la terreur dans leur gènes* Mourir au nom d Allah* c est leurs doctrine,
    Médiatiser notre cause et Informer le monde entier et le seul moyen de changer ces méthodes dictatoriale arabo coloniale. sont entrain de nous figer ,
    c est une guerre psychologique , économique pour semer la violence et la criminalité et de mètre notre jeunesse dans la délinquance , au lieu d investir dans des infrastructures , bénéficiaires ,sportive, éducation , agriculture ou autre non seulement pour la Kabylie mais pour l Algérie entière le jour viendra ou tous ces dictateurs mafieux se retrouverons comme Kaddafi ,Ben ali,Moubarak ainsi de suite .
    le gouvernement Algerien est dangereux pour le reste de la planète c est eux qui ont inventer le GIA , Ils les ont entrainé les terroristes , Maintenant il nous font croire que les terroriste ont attaquer le complexe Pétrolier de la Sonatrach .

    la vérité on la saura bientôt quand la communauté international enquêtera sur ce drame .si on les autorise a faire leur enquête librement biensure ,
    les Moines de Tiberrine ????

    • Allez y messieurs toute est permis. Dite ce que vous voulez d’une région que vous ne connaissez pas d’une société dont vous ignorez tous. Je me demande de quoi il se mêle ce monsieur d’Asian Peace Prize Foundation. Puisque vous dite que le gouvernement algérien est dangereux pour toute la planète continue dans votre raisonnement que le peuple algérien est aussi comme ces gouverneurs. Dite nous un peu on pourra peut être vous mettre ainsi que votre équipe à la tête du pays. Comme cela vous aurez beaucoup pour financer des ONG qui transportent des armes et crée des conflits à travers les pays du Sud pour pomper leur ressources. Dite nous un peu sur l’épuration des musulmans en Asie vous connaissez quelques choses. Probablement les auteurs de ces massacres sont récompensé par votre honorable fondation. J’aimerais que vous disiez comment vous obtenez l’argent pour gerer votre fondation. Peut être on essayera de faire la même en Kabyie et en Algérie. Parce que moi je suis de la bas.

  7. Il est triste de lire ce qui a été dit dans votre article.La Kabylie exclue de l’Algérie serait la vérité.Depuis plusieurs décennies, à cause de ses revendications démocratiques et culturelles, la Kabylie a été marginalisée mais surtout martyrisée par le pouvoir central Algérien, les décideurs et le système en général.Certains mettent en avant les investissements économiques réalisés dans le reste de l’Algérie mais en ce qui me concerne des questions essentielle méritent d’être posées : 1°) Quelle est le modèle social choisi par nos chers gouvernants ? 2°) Quel est le modèle économique ? Quels choix sociaux culturels ont été faits pour le présent et surtout pour l’avenir ? En deux mots , quel est le projet de société pour l’Algérie ? Il s’agit d’un projet arabo-islamiste débridé , bâtard , mené à l’emporte pièce !! Une économie informelle, pas d’investissements sérieux à cause d’une bureaucratie lourde, incompétence à tous les niveaux, corruption monstre et une population clochardisée sans repères et sans but!! Alors il faut cesser de parler de la Kabylie quand le reste de l’Algérie en dépit des moyens mis à disposition sombre dans le chaos.Les récents évènements de In Aménas sont la preuve de la déliquescence de la Nation Algérienne .Le pire reste à venir

  8. …[le 1er mot de ce commentaire a été supprimé pour des raisons de civisme et par respect à nos lecteurs] c’est une région qui n’est pas à vendre ok !
    tu ose parler de compétences, alors que la Kabylie as été et est encore le viviers le plus dynamique en Algérie, mais leurs plus valu malheureusement sert à ce que toi et tes voisins Algérois vous menez une belle vie et que rien ne vous manque (ça c’est l’hypocrisie dont j’aimerai bien que vous débattez )

  9. lecorbo dit :

    Incroyable !comment vous n’évoquez guère dans cette article le plus grand mal qui frappe cette région à savoir "le racisme d’état" Mais où vivez vous pour voir à quel point cette région est descriminée ? Alors que toutes les régions ont bénéficié de mégas projets indusrtiels ,des autoroutes,des tramways,des métros,de l’eau à gogo,du gaz et de nouvelles villes,cette région a été délibérément exclue de tous cette manne pétrolière alors que c’est la région No 1 qui a contribué à l’indépendance ! Pourquoi le président qui a visité pratiquement toutes les wilayas n’a jamais mis les pieds en Kabylie ? Mème pas le 1er ministre !..;Trouvez normal que c’est la seule région qui est classée dernière en couverture en gaz de ville ? Trouvez vous normal que la seule région qui souffre le plus du chomage ? Et enfin,croyez vous que c’est normal que cette régionsoit "gouvernée par des walis et chefs de dairas à 100 % étrangers à la région alors que la Kabylie est la région pourvoyeuse et no 1 en cadres et scientifiques de tout bord ? Et le silence des soit disant démocrates sur ce génocide économique lié à des considérations haineuses et descriminatoires ? ..

  10. belhabla dit :

    il faut leur dire que l a Kabylie est impropre a la consommation, au sens de la mondialisation.cette région squatte par l histoire, importer d ailleurs. ne représente plus un modèle social baser sur des valeurs ancestrales productives , l aliénation culturelles et de l’économie agropastorale.a fait de cette région une vocation migratoire.il peine de vous dire que la Kabylie est ailleurs la ou argent est facile a cueillir.autonomie vous dite,, arouchia vous parler. et anarchie vous clamer .quel ignorance de cette civilisation qui a fait bâtir l Égypte des pharaon, nourrir Rome et faire de la France une puissance.la Kabylie est en perpétuelle guerre, ce ne sont pas de zone de non droit, fortement occupe mais pas dans le sens de vos dire. le kabyle a cesser d être le nombril du monde et croit en un avenir qu il fera lui même.

  11. dommage pour la Kabylie qui disposent de grands atouts ,mais hélas il manque les bonnes volontés pour transcender les difficultés et associer des stratégies e développement ciblant villages et sites.
    je pense qu’il faut sélectionner des acteurs motivés et démultiplier les projets avec eux des projets pilotes en foresterie tourisme élevage agriculture artisanat .
    les volontés existent et je pense que c’est un problème d’initiatives.

    • samir bedri sculpteur berbere les annee 74 tous les artisans travaillent avec des touristes français belges aujourd’hui tout est mort

  12. Colletis et Pecqueur : excellent choix !
    Mais une fois trouvé le fil rouge qui guidera un projet, encore faut-il convaincre les "décideurs" locaux (politiques et financiers) pour qui la notabilité est plus importante que le projet en lui-même …

  13. http://www.mesopinions.com/dossiers/gaz-schiste-5-questions/risques-environnement/23

    Espérons que la Kabylie ne va pas être polluée -

    Le monde manque de conscience et d’amour – mais c’est peut être voulu

  14. Est-ce qu’on ne pourrait pas dénommer ce genre de "phénomène"
    social,"anarchie",dans ce qu’elle a de pire…?Et c’est alors la "loi
    de la jungle" qui fait force de loi…En principe,dans ce type d’état
    social,c’est celui qui parle le + fort;ou qui a parlé le dernier,qui l’
    "emporte"…Les banlieues françaises les + "autonomes" sont ain
    si dénommées "Zones de non-droit"…Pour contrer le phénomè
    ne d’ "autonomie" de ces zones,il faut d’abord en passer par com
    battre la "désocialisation" qui y sévit via chômage et misère…Mê
    me les meilleures "bonnes volontés" y perdent leurs repères et
    leur force d’action…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 201 followers

%d bloggers like this: