theses.fr – Mohamed Naili, Les mutations politiques en Algérie à travers les transformations subies par les terres agricoles de l’ex domaine colonial

Après 132 ans de colonisation, l’Algérie accède à son indépendance en 1962 à la faveur des Accords d’Evian conclus entre le gouvernement français et le GPRA (gouvernement provisoire de la république algérienne). Outre le cessez-le-feu entre l’armée coloniale et l’armée de libération nationale algérienne, les accords d’Evian portent également des mesures censées garantir la protection des biens matériels et immobiliers des civils Français (Pieds noirs) ayant choisi de rester en Algérie après l’indépendance et balisent le terrain pour les relations futures entre la France et le nouvel Etat algérien. Néanmoins, à l’indépendance du pays, un clan du parti FLN (front de libération nationale), qui a mené la guerre de libération, s’empare de force du pouvoir et en exclut les principaux leaders politiques qui ont mené les négociations d’Evian. En 1963, la nationalisation de 2,7 millions d’hectares de terres agricoles relevant de l’ancien domaine colonial est décrétée, expropriant de fait les Pieds noirs qui en sont propriétaires jusqu’alors. Ces terres subiront par la suite des transformations multiples dans le sillage des différentes réformes politiques que l’Algérie a traversé depuis son indépendance. Toutefois, le lien entre la nature rentière des différents régimes politiques qui se sont succédé depuis l’indépendance et le mode d’attribution de ces terres est étroit. C’est sur ces mutations que le présent travail de recherche se propose de revenir à travers l’analyse du contexte de la nationalisation des terres de l’ancien domaine colonial pour évaluer dans quelle mesure l’évolution foncière qui en est issue reflète-t-elle les changements politiques et les rivalités de pouvoir en Algérie post indépendance.

http://www.theses.fr/s131157

Source : theses.fr – Mohamed Naili, Les mutations politiques en Algérie à travers les transformations subies par les terres agricoles de l’ex domaine colonial

7 Réponses to “theses.fr – Mohamed Naili, Les mutations politiques en Algérie à travers les transformations subies par les terres agricoles de l’ex domaine colonial”

  1. ratuma Says:

    Vive la France :

    //www.lunion.fr/748122/article/2016-06-17/des-chevaux-de-trait-ardennais-dans-l-assiette-des-japonais

    faites le savoir –

  2. Ratuma Says:

    profitez de l’expérience des ex-colonisateurs : spiruline/chlorella

    http://www.consoglobe.com/culture-de-la-spiruline-artisanale-france-cg?utm_source=newsletter_quotidienne&

    mais il y a également des producteurs en Bretagne –

    la culture des champignons aussi pourrait donner du travail – et c’est bon pour la santé

  3. benchikh Says:

    on cherchant le propriétaire de la terre agricole Algérienne sous l’autorité domaniale qui la hérité de la France coloniale ,ne sont que des terres privées qui se sont arrachés par force et devenus des terres coloniales,à cause de la résistance de ses citoyens envers leurs terres,en revanche,leurs terres étaient confisqués .

  4. Même si je n’ais pas eu accés à toute la thèse le résumé nous endit l’essentiel c’est à dire justifier la thèse néocolonialiste que l’indépendance à été octroyée au peuple algérien nier les luttes de ce peuple 132 ans durant et en particulier toutes les atrocités subit par ce peuple surtout les 8 dernières années .Refuser de voir toutes cdes luttes et accepter que la propriété des terres est une propriété légitimes des pieds noirs nier toutes les expropriation du peuple par les armées colonialistes revient à justifier la colonisation non seulement de l’Algérie mais de tous les empires coloniaux

  5. maiza Touhami Says:

    Attention : pour comprendre la situation de la terre en Algerie il faut remonter assez loin dans l’histoire : Comment la prise de possesion des terres a eu lieu ? l’échec de la première tentative de colonisation de peuplement entamée ? la relance de l’opération par Napoléon III à travers un soutien obligatoire de la Banque d’Algerie en contre partie du privilège d’émission pour structurer la mutualité agricole et les syndicats ? Enfin revenir à la fin de la période de concession de 100 ans accordé aux compagnie (Algérienne : 100.000 hectares et genevoise 14.000 hectares dans la région de SETIF. L’entame d’une sorte de Révolution Agraire à partir de 1954 par le rachat des terres concédées moyennnant des obligations à 20 ans à 6% (c’était le prix à payer pour faire germer le réflexe socialiste (l’Algérien était cadré par la religion qui a maintenu la cohésion sociale (il y avait à l’indépendance autant de médersa que d’école primaire) il y avait un fort lien avec les pays socialistes (aide de la chine équivalente à l’aide des pays arabes réunis) Enfin revenir à la démarche poliiique (promotion LACOSTE et surtout un article qui a frappé mon attention (la NEF de janvier 1958 : la maturité politique précosse de l’Afrique une bénédiction pour le néocolonialisme en gestation). Enfin une loi sur l’expropriation de 1958 qui a particularisé le système de l’Algérie pour spolier le paysan. A partir de la venu du général de gaule le processus s’est accéléré à travers l’octroi de crédits sans contrôle d’utilisation aux possédants qui ont réinvesti en France , en Argentine et ailleurs tant dans le domaine de l’Agriculture que de l’industriel. L’Algérie a suvit une mauvaise loi (la revenue de la Chambre française d’Agriculture d’Avril 1962 s’est élevé contre cette particularisation de la loi sur l’expropriation (valeur de la terre en fonction de son uage antérieur et non en fonction de la destination). Ce germes ont bien donné. La gestion socialiste a eu raison du système élaboré en 1 siècle après l’échec initial et le manque d’attractivité de l’Algérie par rapport à l’Amérique. Donc les gouvernants qui sont allés vers la politique et l’arabisation ont oubliés de lire cette histoire et ce piège qui aujourd’hui encore tue notre pays. Heureusement que les chinois ont besoin d’espace et que l’Afrique reste l’avenir ou chacun veut s’implanter. Donc avant de conclure il faut s’interroger : Pourquoi un directeur de l’organisme de régulation des blés en Algérie a eu le mérite agricole français (l’algérie consomme la production d’un hectare sur cinq car cet abruti a perdu nos semences et a distribuer des bonis à ses voleurs d’employés en l’absence d’un contrôle de la mutualité mise à mort progressivement. C’est un peut les grandes lignes (j’ai consacré mes loisirs à lire ces archives de notre descente aux enfers avant et après l’indépendance. Un paysan ne doit vivre forcément pauvre pour mourir riche. un Sud africain a écrit un livre un jour au plus fort de sa détresse « Pleure mon pays bien aimé »
    sa lecture vaut le détour. mon email maizatouhami@yahoo.fr

  6. maiza Touhami Says:

    Attention surtout à l’image qui prédomine la vision : La vision vers le socialisme a été préparée avant l’indépendance. A l’issue du choc de 1945 et du refus de la minorité européenne a accepter le statut de français au algérien la manoeuvre a commencé : Dès 1954 sur le rapport annuel de la compagnie genevoise qui gérait 14000 hectares dans la région de SETIF octroyé par NAPOLEON III l’on aprend que l’ETAT FRANçais proposait de racheter les terres avec des obligations à 20 ans à un taux de rendement de 6% et c’est le début du lancement des CAPER (réforme agraire qui
    influera sur la pensé des dirigeants algériens (axé sur la religion et attiré par le socialisme). A l’arrivée du Général Degaule et selon les carnet noir de la BANQUE D’ALGERIE des crédits ont été accordés à tout les possédants colons sans contrôle de l’utilisation (une grande partie a été investi ailleurs tant dans l’agriculture que dans l’industrie (à la veille de la nationalisation des deux sociétés qui distribuaient le matériel agricole il m’a été donné de constater que la société LOUIS BILLARD a refusé la compensation de ses créances sur beaucoup de colons par imputation sur les comptes départ définitif. D’autres indices doivent être analysés. La loi sur l’expropriation édopté en 1958 en France a été particularisée pour l’Algérie (loi de 1960) et la valeur de la terre a été estimée différemment un article de la Chambre Agricole Française du mois de Février 1962 a conclu que ce texte visait à spolier les paysans.
    Si l’on se réfère au journal LA NEF du mois de janvier 1958 l’on comprend la démarche du retour du général de gaule et l’importance de la maturité politique de l’AFRIQUE qui explique l’implantation d’un néo-colonialisme qui explique la destruction des stuctures de l’Agriculture (implantées patiemment par NAPOLEON III à travers les grands compagnie (subventionné par l’ETAT par un apport volontaire imposé à la BANQUE D’ALGERIE en contrepartie du privilège d’émission (une somme était versée chaque année qui a permis de créer le réseau des caisses locales, des caisses régionales , de la caisse nationale agricole et d’une caisse de consolidation (qui aborsordé les risques climatiques pour éviter l’endettement : la mutualité agricole a été sacagée et a été détruite
    Je pense qu’il faut s’attacher à ces faits car la Révolution agraire a été une erreur imposée au départ par le départ des Colons et la nécessité de préserver un bien, elle est devenue une bureaucratie
    stérile, et l’extension au secteur privé (nationalisation des propriétés indivises des grandes familles sous parfois des slogans dignes des personnes qui ont initiés ces opérations (souvent des marsiens (venus à la Révolution en mars ou sur la fin pour servir le néocolonialisme à la mode englaise. Heureusement que l’AFRIQUE a un sauveur (la CHINE et l’Amérique car les richesses ne peuvent plus être pillées impunément (le retrecissement du monde fait que si vous prenez le bien des gens les gens viennent chez vous (il y avait deux thèses qui s’affrontaient sur le plan économique : la mauvaise thèse a été suivit par la France et le flux migratoire au départ nécessaire pour reconstruire le pays est devenu maintenant insoutenable. voilà une vision issu de mes lectures d’archives y compris toutes les lois qui ont régi notre pays depuis 1830 (souvent il ne me vient qu’une seule pensé (pleure mon pays bien aimé, je reste convaincu que maintenant nous allons sortir de ce cycle infernal même si l’image est difficule à cerner).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :